Les origines

Lasse Nielsen et sa bataille contre les chauffe-eau électriques ronds

En 1981 Lasse Nielsen vivait à Genève (Suisse), où il étudiait l’ingénierie appliquée au bâtiment. Comme projet de fin de cursus il a conçu un système de chauffage central pour un bâtiment résidentiel ce qui lui a permis d’obtenir le meilleur classement du cursus. Toutefois, peu d’années plus tard, il a été embauché pour projeter un système de chauffage et d’eau chaude sanitaire pour un bâtiment ancien au centre de Berne qui allait être rénové et converti en appartements. Il s’est alors rappelé de son projet que, toutefois, il ne pouvait pas réaliser, car le client exigeait un système individuel d’eau chaude sanitaire.

Pour Lasse Nielsen la solution la moins chère et la plus simple d’eau chaude sanitaire consistait à installer des chauffe-eau électriques dans chaque appartement. Le problème qu’il a alors rencontré finirait par l’accompagner les années suivantes en tant que projeteur de systèmes pour les meilleurs cabinets d’architecture de l’Europe centrale. Les chauffe-eau électriques étaient des appareils volumineux, d’énormes cylindres peu esthétiques que les clients souhaitaient cacher. Les architectes et les concepteurs, bien comme les habitants des logements urbains cherchaient normalement les endroits les plus inconvénients pour loger les chauffe-eau électriques : un faux plafond, une armoire encastrée ou le creux d’un escalier – la plupart des cas, en violant les règles les plus essentielles de maintenance recommandées par n’importe quel fabricant –, sans espace pour pouvoir manier ou réparer l’appareil et sans pouvoir vérifier l’égouttement normal de la vanne de sécurité.

Lasse Nielsen a alors conçu un chauffe-eau électrique plat avec deux réservoirs cylindriques. Il lui semblait que la solution n’apportait que des avantages:

  • Le temps de chauffe s’améliorait considérablement, car les réservoirs étaient plus petits.
  • On obtenait un thermoaccumulateur plus attrayant et qui n’encombrait plus.
  • On résolvait beaucoup de problèmes causés par la pression, en faisant en sorte que des réservoirs ayant la moitié de la taille eussent à supporter moins de pression par centimètre carré.

Cette idée n’était pas complètement nouvelle. Des fabricants et des chaudronniers de plusieurs coins du monde l’avaient déjà appliquée, sans, toutefois, obtenir, l’appui d’un grand fabricant. C’est ainsi qu’est née l’initiative d’une petite marque WESEN, qui a commencé à produire des appareils qui, au début, ont été conçus pour les besoins de chaque bâtiment d’appartements et qui, finalement, s’est lancée dans la fabrication en série de plusieurs séries de chauffe-eau électriques les plus attrayants et les plus fonctionnels du marché.